22/09/2008

Fictions imaginaires

Picasso_Lecture_2Que peuvent bien avoir en commun Le Crime de l’allée Tonka, de Jean Defouloy, Evita, capitaine, de Vilaseco, Une salope de moins, de Tom Collins, Les Secrets de l’instruction, de Pierre Castier, et Le Juge est l’assassin, de Laurence Wargrave ?

Ce sont des livres imaginaires, apparaissant dans les œuvres respectivement de Jean-Benoit Puech, Jose Luis Borges, Boris Vian, Didier Van Cauwelaert et Georges Perec. Des œuvres de fiction à l’intérieur d’œuvres de fiction.

Certaines portent le titre du roman où ils apparaissent : Leviathan, de Benjamin Sachs (œuvre fictive) apparaît dans Leviathan, de Paul Auster, Le jardin aux sentiers qui bifurquent, de Ts'ui Pen, dans la nouvelle éponyme de Jose Luis Borges, etc.

Des ouvrages divers offrent un fil conducteur à travers les romans d’un auteur (Le Necronomicon, dans l’œuvre de H.P. Lovecraft), d’autres sont des éléments de l’intrigue ou lui servent de point de départ (Le conte des trois frères, dans Harry Potter et les reliques de la mort, de J.K. Rowlings).

Ce peut être une manière d’enchâsser une histoire à l’intérieur de l’histoire, comme La Pension Grillparzer, dans Le Monde selon Garp de John Irving.

Bien sûr, beaucoup de ces titres imaginaires sont plutôt humoristiques ou satiriques : dans Mourir à Francfort ou le malentendu, de Hubert Monteilhet, les œuvres alimentaires du romancier héros de l’histoire, qu’il publie sous le pseudonyme de Battling Cassidy ne sont pas sans rappeler un certain espion princier : Bamboula à Bangkok, Fric-Frac à Frisco, Karaté à Karachi, Nuits blanches à Brazzaville, Tombeau ouvert à Tombouctou…

Les œuvres de Jean-Sol Partre que Boris Vian évoque dans L’Ecume des jours ne sont pas mal non plus : Le Choix préalable avant le Haut-de-Cœur, Encyclopédie de la Nausée, La Lettre et le Néon, Paradoxe sur le dégueulis, Le Remugle, Renvoi de Fleurs, Le Trou de Sainte Colombe, Le Vomi…

On citera également les bibliographies imaginaires d’œuvres pseudo-scientifiques, comme celle de Cantatrix sopranica L. et autres récits scientifiques, de Georges Perec, , où l’on retrouve des titres aussi évocateurs que Alka-Seltzer, L. Untersuchungen « über die tomatostaltische Reflexe beim Walküre ». Bayreuth Monatschr. f. exp. Bil. 184, 34-43, 1815, Jeanpace, L. & Desmeyeurs, P. : "Recherches histologiques sur les noyaux de Pesch & de Poissy". Dijon med. 5, 1-73, 1932.

Certains auteurs se sont montrés particulièrement prolifiques à ce petit jeu, à commencer par l’inventeur des premières bibliothèques imaginaires, Rabelais. Citons aussi Nabokov, Borges et Bioy Casarès, Balzac, Anatole France.

Des sites compilent ces ouvrages qui n’existent pas ou à peine. Un catalogue très fouillé de la fiction fictive en langue anglaise sur Wikipedia, un autre en français ici, et celui-ci, qui vaut le détour, puisqu’il propose l’objet livre virtuel.

18:03 Écrit par Bibliophage dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture, roman, fiction |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.